31 janvier 2008

Doof experience

Hello you!

Tout juste rentré d'une des plus grosses doofs d'Australie (entendre "festival" "grosse teuf" ou "major outdoor event" selon votre âge et/ou niveau d'anglais), je viens vous faire part de cette folle aventure.
Si la culture trance-hippie est peu développée en France, elle se porte très bien dans le Pacifique, où de nombreux festivals fleurissent comme l'été, saison de leur abondance. Ainsi, ce n'est pas le premier festoche de l'été pour nombre de doofers mais le plus gros événement du genre, probablement. 8000 tickets vendus + les pro pass + les entrées sauvages ça en fait du monde pour remplir les différents dancefloors et espaces chill out!





(cliquez sur les pics pour les agrandir)

En fait, plus que la fête pour la fête, c'est vraiment une communion qui est célébrée tout au long du festival, une célébration de la Nature bien sûr: on mange veggie, on s'habille bio, on vit organic tout simplement. Mais aussi une communion avec l'Autre, on se parle pour un rien, on partage des sentiments, on s'aime, comme ça. Parce que t'es un autre humain.

Oui, je le dis, même si ça peut paraître absurde, mais j'ai jamais vu un tel SPIRIT of LOVE.
On pourrait m'objecter :'ah mais c'est ton état d'esprit à ce moment-là tu te sentais bien alors t'as vu que du love'. Oui c'est sûr, mais pas seulement: ça se passait autour de moi. Pas vu un geste de violence, pas un regard agressif... Juste des gens qui se lâchent, mais aussi qui réfléchissent, et qui s'expriment par l'art (plein de workshops, d'expositions, d'installations lumineuses gigantesques) et tout ça, dans l'unité et la paix. A la cool, mate.
Donc tout ça nous a boosté notre esprit créatif, je vous dis pas! Marion avait fort intuitivement acheté des pastels et un carnet de croquis, ainsi on s'est fait plaisir à poser nos oeuvres aux 4 coins du festival ou à faire dessiner les gens sur le cahier collectif, en leur proposant nos 24 couleurs. SO FUN!

On a assisté à quelques cérémonies aussi, dans un esprit traditionnel aborigène, aussi fascinant qu'intrigant. Mais il est impossible de se sentir de trop car là, c'est le partage qui prévaut, l'échange. L'étranger est absolument bienvenu. Sans conditions.



La musique partait dans tous les sens, de la bonne trance bien sweet à de l'electro plus radicale, en passant par le reggae-dub ou l'ambient-lounge si vous voyez ce que je veux dire... bref, le choix dans la date!

De retour à Melbourne, dans un magnifique school bus datant de 1968 (faut pas chercher) et
qui ne se réveille que pour les festivals. Thanx for the ride Paul.

4 commentaires:

norman a dit…

"connards de hippies ! " cartman

chaque jour ca donne un peu plus envie de venir voir ca de nos propes yeux... see ya'

Belette a dit…

"et nous avons tous communier en emboîtant nos corps les uns aux autres"
ça fait partouze de beatniks quand même :)( mais ça reste leuve leuve)

leeloo a dit…

yooooooo!!!! Grand vincent! bien bien ce blog! trop de la chance, ggrrrrr, tu as pu aller au rainbow serpent, jaurais trop aime y aller aussiiiiiiiiii!! ca avait l'air enorme, et ca ne pouvait que l'etre!! t'es de retour a melbourne? moi jpars demain matin, ce soir, derniere soiree a sydney, cest un peu triste... mais je vais festoyer un peu jpense. dis, faut que tu me file un numero australien ou te joindre, par sms car jai plus acces internet a partir de demain. bon si marion et toi vous vous motivez pour picker, on se check! jpeux meme vous acceuillir les bras grands ouverts... a bientot couzin! bises lucie

eva a dit…

Hey vincent!
Parfait ce trip dis moi!
Les hippies ya kca dvrai et dintense et de profond! héhéhé!*
continue à te faire bien plaiz!

a bientot

eva